La ruche ronde divisible en plâtre et en paille de Gilbert Veuille

Présentation dans le Bulletin de Permaculture et d’Agriculture Naturelle n 5 du printemps 1996. (courtoisie de Gilbert Veuille)

Il y a une cinquantaine d’années, j’ai lu, dans un ouvrage du docteur Mathis, apiculteur passionné, cette phrase essentielle : “la ruche carrée à cadres mobiles a été crée pour la commodité de l’apiculteur mais elle ne correspond pas aux caractéristiques de la grappe d’abeilles qui doit vivre et se développer dans un espace de forme arrondie”. Cette observation est restée gravée dans ma mémoire, et, en 1989, à la suite de la dévastation de mon rucher par le

varroa, je me suis résolu à créer et à expérimenter une ruche ronde divisible à partir d’un module unique, de forme cylindrique que j’ai appelé rucheton.
Le rucheton est constitué d’un mélange de paille hachée et de plâtre.
dimensions :

– diamètre intérieur: 36 cm – hauteur: 18 cm
– épaisseur de la paroi: 3 cm poids : 5 kg environ.

Il est fabriqué au moyen d’un moule extrêmement simple.
Dans un espace de 36 cm de diamètre, les abeilles construisent 8 rayons. Ceux-ci sont supportés par 8 baguettes de bois très légères, installées dans des encoches ménagées dans la partie supérieure du rucheton. La ruche est constituée par l’empilement des ruchetons : 3 au minimum pour constituer le corps de ruche, puis jusqu’à 8 selon la force de la colonie et l’abondance de la miellée.
Après 6 années d’observation, voici les enseignements que je puis tirer de cette expérience:
1 ) en ce qui concerne la qualité de la forme cylindrique pour la vie des abeilles :
– l’absence totale d’angles en retrait supprime les courants d’air et permet le maintien d’une température élevée et uniforme favorable à la bonne incubation du couvain ainsi qu’à l’activité des abeilles cirières;
– ne subissant pas la contrainte des cadres (masse encombrante de bois et intervalles crées artificiellement), les abeilles ont la totale maîtrise de leur espace de vie, ce qui amène les remarques suivantes :
* les huit rayons sont bâtis sans rupture sur toute la hauteur de la ruche, quel que soit le nombre de ruchetons, et ils ne comportent que très rarement des orifices de passages transversaux;
* les rayons ne sont fixés aux parois des ruchetons que par des points d’ancrage espacés; la circulation intérieure de la ruche passe essentiellement par ce dégagement périphérique;
* en l’absence d’encoignures internes, il n’y a pas d’espaces inoccupés propices à la condensation, aux moisissures, au développement de germes pathogènes, à l’installation de parasites ou de prédateurs.
Résultats perceptibles : une bonne hygiène de la colonie révélée par la disparition totale des mycoses et un développement remarquablement précoces des colonies dès les premiers beaux jours de mars.
2 ) en ce qui concerne le renouvellement des brèches du nid à couvain:
L’opération est simple et facile. Il suffit, à chaque printemps, de glisser sous la ruche un rucheton amorcé de cire gaufrée. Celui- ci sera bâti et occupé dans les semaines suivantes et le couvain installé dans de la cire neuve.
3 ) en ce qui concerne le matériau utilisé:
Le mélange plâtre-paille hachée présente une excellente fonction isothermique, qu’il s’agisse du froid ou de la chaleur et sa porosité évite toute condensation ou excès d’humidité. Il est aussi d’une très bonne tenue vis à vis des intempéries; des ruchetons en service depuis six ans n’ont subi aucune détérioration et peuvent durer aisément une quinzaine d’années.
La forme ronde de la ruche augmente encore la qualité isothermique car elle évite l’exposition de surfaces planes soit à l’ardeur du soleil soit aux vents froids de l’hiver.
4 ) en ce qui concerne la fabrication des ruchetons :
Il est facile de fabriquer soi-même les ruchetons à partir d’un moule peu coûteux à réaliser. Le prix de revient des ruchetons est très modique : avec un peu d’habitude, il est possible de fabriquer 8 à 9 ruchetons avec 40 kg de plâtre de bâtiment.
D’autres matériaux que le plâtre peuvent être utilisés, telles la chaux de bâtiment ou l’argile crue, la paille aussi peut être remplacée par divers végétaux aux tiges creuses ou poreuses, sèches, tels que les roseaux phragmites, les orties, tanaisies, armoises, tournesols etc. ou encore par des copeaux de raboteuse (bois résineux non traités).

Nota : l’adoption de ruchetons en argile crue nécessite des précautions particulières de moulage et l’obligation de placer les ruches sous un toit les abritant totalement de la pluie.
La conduite de la ruche au cours de la saison est extrêmement simple.

La récolte de miel s’obtient sans l’emploi d’un extracteur ce qui permet de conserver au mieux toutes les qualités naturelles du miel.

— Bibliographie :
“Pour une apiculture simple: la ruche ronde divisible en plâtre et en paille” Gilbert Veuille, 99, r. S. Picard, F-37000 Tours
Tél.: +33 47 64 01 29