Alimentation biodynamique par Renate Lendle

Dans son introduction au Cours des Agriculteurs, Rudolf Steiner a introduit une approche révolutionnaire de la nutrition, qui contrastait avec la conception scientifique de l’époque. Celle-ci se résumait ainsi : nous construisons nos corps à partir de l’alimentation terrestre que nous mangeons. Selon Rudolf Steiner, ceci est uniquement valable pour la tête, c’est-à-dire pour le système nerveux et sensoriel. La nourriture matérielle est principalement utilisée pour produire de l’énergie pour nos mouvements musculaires et est utilisée pour l’approvisionnement des organes internes. La construction de la substance dans le corps se fait par la prise de substances à travers nos organes sensoriels, les yeux, la peau, la respiration, c’est-à-dire à partir du cosmos. Il n’est pas simple de s’en faire une représentation. Pour cela, on peut considérer la quantité de substance nécessaire pour le renouveau cyclique du corps humain. Cette quantité est en fait très faible. Celle que nous absorbons par notre nourriture quotidienne est beaucoup plus élevée. Pendant la digestion, les forces de la nourriture sont libérées, stimulent le corps et lui servent en quelque sorte de « modèle ». Par conséquent, il est important que la nourriture soit aussi saine et vitale que possible, afin que nous puissions nous servir de ses forces. Notre capacité à mettre nos intentions en œuvre dans le monde dépend dans une grande mesure des forces que nous recevons à travers les aliments. L’agriculture biodynamique produit des aliments qui nourrissent le corps, l’âme et l’esprit.